Inauguration du premier élevage 100% Physior

#physior #porc
24 août 2022

Près de 150 invités ont pu découvrir le premier élevage conçu selon le concept Physior à tous les stades physiologiques, lors de l’inauguration de l’EARL de la Maison Neuve. Une journée riche en échanges, qui s’est tenue le jeudi 7 juillet, soit trois mois après les premières commercialisations de porcs charcutiers. 

À Plestan (22), Pierre Morfouace a construit le premier élevage conçu selon le concept Physior pour tous les stades physiologiques, depuis l’arrivée des cochettes jusqu’à l’élevage des porcs charcutiers. L’EARL de la Maison Neuve sera aussi un outil de progrès pour toute la filière en nous aidant à renforcer nos connaissances sur les conduites d’élevage et programmes alimentaires, sur la base des données scientifiques collectées.

De gauche à droite : Pierre Morfouace gérant de l’EARL de la Maison Neuve, Niels Vieille apprenti, Jules Chatton et Noémie Studer salariés.

Pour Pierre Morfouace, un projet d’avenir

Au constat, il y a 5 ans, que ses précédents bâtiments vieillissaient, Pierre Morfouace s’est interrogé sur la suite à donner. « Soit j’arrêtais, soit je me relançais dans un nouveau projet autour de la construction d’un bâtiment neuf. L’intérêt de mon neveu pour l’élevage m’a poussé vers ce projet », se souvient l’éleveur. Pour son nouveau bâtiment, Pierre regarde à long terme, s’interroge sur le modèle de production le plus à même d’être en phase avec les attentes de la société tout en assurant des performances technico-économiques et la transmission future de l’outil. De nombreuses visites le convainquent de partir vers un mode d’élevage alternatif. « Le concept de bâtiments Physior répond aux attentes des consommateurs tout en améliorant les conditions de travail des éleveurs », apprécie Pierre Morfouace. « Comme mon bâtiment est le premier avec tous les stades physiologiques, il va servir de support pour affiner la conduite et prouver l’intérêt de notre mode d’élevage en termes économique, environnemental et de bien-être animal

Un élevage pilote pour aller plus loin

Pour tous les stades physiologiques gestante, maternité, post-sevrage, croissance, il s’agit d’acquérir des références afin d’adapter, puis de valider le concept Physior en vue de futurs développements, en création de bâtiments neufs ou en rénovation. La Coopérative entend également concevoir des outils de pilotage digitaux permettant d’optimiser les performances et d’améliorer les conditions de travail en facilitant les prises de décision par l’éleveur. Elle y travaille en collaboration avec l’IFIP, Asserva et See-d (société de conseil en intelligence artificielle et data science). Des « cases sentinelles » ont été réparties dans les différents bâtiments. Véritables laboratoires, elles sont équipées de capteurs et de caméras. Les porcs sont identifiés avec des boucles RFID qui permettent un suivi de leurs mouvements et leur identification individuelle automatique. Dans ces cases sentinelles, différents paramètres vont être étudiés :

  • Bien-être animal : suivi des activités des animaux et de leur répartition dans les différentes zones de vie, analysent des déplacements individuels, suivi de l’ambiance des bâtiments…
  • Performances technico-économiques : suivi technique GTE et STI par bande, suivi des consommations d’eau et d’aliment, pesées automatiques, note d’état corporel des animaux…
  • Environnement et acceptation sociétale : suivi des rejets de CO2, d’ammoniaque et de particules, analyse de la répartition de la charge de travail et mesures de bruits.

Réduire les impacts environnementaux

Toujours dans l’objectif de mieux répondre aux attentes des consommateurs, l’EARL de la Maison Neuve a été conçue pour réduire son empreinte environnementale, déjà en réduisant les consommations énergétiques. Dans tous les bâtiments, la lumière naturelle est privilégiée. Pour renouveler l’air intérieur, il n’y a pas de ventilation dynamique mais une ventilation naturelle générée par des ouvertures thermorégulées. L’élevage pourra gagner en autonomie énergétique en installant des panneaux photovoltaïques. Sous les zones sur caillebotis, des racleurs en V évacuent les déjections et séparent l’urine des fèces pour réduire les émissions d’ammoniaque. Les fosses sont couvertes pour limiter les déperditions vers l’atmosphère. Les déjections seront compostées et cet amendement sera utilisé comme amendement organique pour des cultures.

265 truies en élevage naisseur-engraissement
6 200 porcs charcutiers/an transformés par Kermené, filiale du Mouvement E.Leclerc
4,6 M€ en investissement dont 1M€ dédiés à la R&D

Attirer de nouveaux talents en production porcine

Particulièrement attentif au confort de travail des éleveurs et aux conditions de vie des animaux, le concept de bâtiments Physior concourt à renforcer l’attractivité de la filière Porc.  « Mes copains de BTS veulent visiter le nouvel élevage, même ceux qui ne s’intéressent pas aux cochons », confirme Jules, le neveu de Pierre Morfouace et salarié de l’élevage depuis juillet. « La prise en compte des attentes sociétales, du bien être animal, ce sont des choses qui nous intéressent. Travailler dans des bâtiments comme ici, ça peut motiver des jeunes. »

Par leur conception, les bâtiments Physior offrent aussi une nouvelle approche du métier d’éleveur. Comme toute l’alimentation est automatisée, il y a moins de tâches de manutention, ce qui libère du temps pour d’autres approches auprès des animaux. « On passe plus de temps au contact des animaux, comme lors de la distribution de paille », apprécie Jules. « ça donne une dimension plus animalière à mon métier que j’aime bien ».