Promouvoir une agriculture plurielle et durable

Les attentes des consommateurs vis-à-vis d’une agriculture durable sont de plus en plus fortes. Le Gouessant s’engage pour une agriculture plurielle qui répond à la diversité des modes de consommation. Le Groupe se mobilise aux côtés de ses adhérents autour des enjeux sociétaux à travers des pratiques culturales économes en intrants, l’engagement en faveur du bien-être animal et la promotion de réseaux d’excellence.

Télécharger la DPEF

Déclaration de Performance Extra-Financière Télécharger

Pluralité des modèles de production

Le Groupe Le Gouessant propose à chaque éleveur une solution adaptée à sa situation et à son choix de production. La pertinence de chaque projet est évaluée à travers le prisme de sa faisabilité technique, environnementale et économique, en intégrant les attentes des consommateurs et la création de valeur pour nos adhérents.

Le Groupe anticipe la mutation de l’agriculture en aidant ses adhérents et clients à diversifier leurs productions et cultures pour limiter les risques de volatilité, en recherchant de nouveaux débouchés aux productions engagées par les coopérateurs, en proposant des produits « signatures » et vertueux (porc nourri à l’orge, dinde élevée en jardin d’hiver, truite Bleu Blanc Cœur) pour répondre aux attentes des consommateurs.

Produire mieux avec moins

Consciente que l’agriculture du futur utilisera moins de produits phytosanitaires, Le Gouessant utilise les techniques issues de l’agro-écologie qui conjuguent performance économique et environnementale. Le Groupe s’engage auprès des agriculteurs en devenant acteur et animateur de groupes de progrès et capitalise sur son expérience en agriculture biologique pour sensibiliser ses adhérents et clients aux meilleures pratiques agricoles.

• Le Gouessant anime un groupe DEPHY composé de 12 exploitations situées sur le bassin versant de Saint-Brieuc. Objectif : tester, élaborer des trajectoires vers des systèmes plus économes en produits phytosanitaires. L’Indicateur de Fréquence de Traitements Phytosanitaires (IFT) est utilisé pour évaluer l’impact des changements de pratiques. Nous avons poursuivi ce travail en 2019 pour réduire progressivement les IFT dans le temps sans dénaturer la qualité et la quantité de productions.
• 12 adhérents Le Gouessant ont rejoint le collectif « 30 000 fermes ». Ils participent au plan national Ecophyto 2 dont l’ambition est d’engager 30 000 exploitations agricoles dans la transition vers l’agro-écologie en réduisant l’usage des intrants.

En 2019, nous avons expérimenté de nouvelles solutions de biocontrôle pour protéger naturellement les plantes contre les maladies ou les ravageurs :
• Recours aux trichogrammes pour combattre la pyrale du maïs.
• Adjonction d’une variété « piège » de colza à floraison anticipée pour capter les méligèthes (insectes) sur 2 470 hectares et utilisation du SLUXX (appât granulé) pour lutter contre les limaces sur 1 135 hectares majoritairement en colza.
• Développement de l’utilisation de soufre pour diviser par deux la dose de fongicide sur blé (9 026 hectares).

Nous avons développé l’application Aunéor pour l’activité ruminant et volaille de chair. L’outil est en cours de déploiement dans les filières porc, poulette, pondeuse. Grâce à Aunéor, les adhérents et techniciens Le Gouessant peuvent suivre et piloter les performances technico-économiques des élevages au quotidien et expérimenter l’alimentation de précision afin d’éviter le gaspillage alimentaire. Cet outil d’aide à la décision, personnalisé pour chaque exploitation, enregistre l’ensemble des données d’élevage accessibles sur une tablette tactile fournie par la Coopérative.

Réduire l’empreinte environnementale des exploitations

Un accompagnement est proposé aux agriculteurs pour préserver les ressources naturelles des exploitations et maîtriser les impacts environnementaux sur le territoire.

Les équipes environnement et agroenvironnement combinent leurs connaissances afin d’apporter les conseils adéquats à chaque agriculteur au travers des projets « structurants », en lien avec la réglementation « installation classée », et au travers des actions quotidiennes pour la fertilisation et le traitement des végétaux.
Des pratiques d’excellence sont conseillées sur les bassins versants à enjeux tels que les « algues vertes ». Il s’agit notamment de travaux sur le couvert (sols en culture ou en zone humide), l’alimentation de précision, le suivi des reliquats d’azote et de la fertilisation…

Ces enjeux font l’objet d’études lors d’une démarche d’autorisation « installation classée » des élevages. Plusieurs types d’actions sont alors mises en place :
• Les conseillers environnement accompagnent et proposent des pistes d’amélioration notamment au regard des « meilleures techniques disponibles » validées au niveau européen.
• Les agriculteurs suivent et enregistrent leur consommation d’énergie, particulièrement lorsque l’exploitation est soumise à autorisation ICPE.
• Recours aux techniques de l’alimentation de précision et à l’agronomie de précision. Installation de bâtiments en ventilation statique, qui n’exigent pas d’énergie pour la ventilation, développement de systèmes d’éclairage Led pour les bâtiments ruminants.

Les conseillers environnement mettent en valeur les actions de « biodiversité » des exploitations notamment lors des démarches d’autorisation et d’enregistrement « installation classée ». Une cartographie du maillage bocager est dressée. Les trames bleues et vertes (corridors écologiques de déplacement de la faune et la flore) sont prises en compte. De façon plus expérimentale, les fermes du groupe DEPHY font un suivi de la santé des sols via l’étude des vers de terre.

Engagements en faveur du bien-être animal

Nous accompagnons les éleveurs dans cette démarche d’amélioration continue à travers de la formation, des audits, et des évaluations. En 2019, nous avons poursuivi nos efforts à travers les initiatives suivantes :

• Déploiement du programme Nature d’Éleveurs avec pose de fenêtres pour des bâtiments éclairés en lumière naturelle.
• Test d’un modèle d’élevage à faible densité.
• Essai sur l’enrichissement du milieu en perchoir : blocs à picorer, chaînettes et jeu de ficelles.

• Création d’une formation sur la bientraitance en partenariat avec la Chambre d’agriculture des Côtes d’Armor. 72 exploitations ont participé à cette initiative en 2019.
• Grille interne de suivi de l’emplumement en élevage : essai en cours depuis octobre sur 2 souches de poules pour étudier le comportement animal et la qualité de l’emplumement.
• Subvention avec prise en charge pour 50 % par la coopérative de perchoirs en poussinières afin de leur permettre d’exprimer leur comportement naturel.

Horizon 2025 : les attentes des consommateurs en matière alimentaire évoluent vers plus de transparence et une meilleure prise en compte du bien-être animal. Cela se traduit concrètement sur le marché de l’œuf par une demande croissante en œufs issus d’élevages de plein air, au sol ou bio. En cohérence avec les orientations fixées au sein de la filière, Le Gouessant mettra donc fin à la production d’œufs dits code 3 en 2025. Impliquée depuis plus de 20 ans dans les filières alternatives, notre Coopérative se fait forte d’accompagner ses éleveurs adhérents dans les mutations en cours, en proposant un accompagnement technique et financier.

• Promouvoir pour tout nouvel investissement en élevage les « maternités libertés ».
• Constitution d’un groupe de travail pour mettre en place des pistes concrètes pour arrêter la coupe des queues à moyen terme. Progression de la connaissance des éleveurs et techniciens sur le sujet grâce à l’observation de trois élevages tests avec des porcs sans caudectomie.

Mise en place de stratégies alimentaires veillant à améliorer les conditions d’élevage sur les périodes clés : élevage des génisses, péri et post partum et début de lactation. Ces programmes sont testés et validés en fermes de référence.