Promouvoir une agriculture plurielle et durable

Les attentes des consommateurs vis-à-vis d’une agriculture durable sont de plus en plus fortes. Le Gouessant s’engage pour une agriculture plurielle qui répond à la diversité des modes de consommation. Le Groupe se mobilise aux côtés de ses adhérents autour des enjeux sociétaux à travers des pratiques culturales économes en intrants, l’engagement en faveur du bien-être animal et la promotion de réseaux d’excellence.

Télécharger la DPEF

Déclaration de Performance Extra-Financière Télécharger

Pluralité des modèles de production

Le groupe Le Gouessant s’engage dans l’agriculture plurielle et durable en proposant à chaque éleveur une solution adaptée à sa situation et à son choix de production. Au total, 30 modèles de production sont proposés par les adhérents en production animale. La pertinence de chaque projet est évaluée sous l’angle de sa faisabilité technique, environnementale et économique, en intégrant la capacité des consommateurs à acheter les produits à un prix rémunérateur. Une véritable articulation entre les équipes des différents modes de production permet d’accompagner les choix de conversion vers l’Agriculture Biologique mais aussi les choix de transition agricole, en végétal comme en animal.

Promotion des jardins d’hiver en dinde au travers d’échanges et d’une communication auprès des éleveurs potentiellement intéressés. Les volailles bénéficient ainsi d’un accès extérieur tout en restant couvertes et protégées de la faune sauvage par du grillage.

En 2019, 44 producteurs laitiers de Bretagne, Normandie et Pays de la Loire ont expérimenté CRAC : une nouvelle méthode d’accompagnement global des exploitations permettant un diagnostic d’expression du potentiel laitier afin d’identifier les axes de progrès tels qu’ajuster la ration, installer un suivi personnalisé. Face à l’engouement qu’elle rencontre sur le terrain et aux résultats éloquents obtenus, un groupe de 7 experts nutritionnistes a été constitué en octobre 2020 pour soutenir l’action des techniciens dans l’expression pleine et entière du potentiel des troupeaux

En 2018, 10 éleveurs de porcs se sont engagés dans la démarche Prévaland. Cette action créée par la Coopérative a pour but de supprimer le recours systématique aux antibiotiques pour plus de sécurité alimentaire, soutenir une agriculture plurielle et durable, avec plusieurs modèles d’exploitations envisageables, maîtriser l’impact environnemental et préserver les ressources.

Produire mieux avec moins

Pour pérenniser les activités agricoles, il est important de les considérer sous l’angle de l’agro-écologie en combinant les performances économique, environnementale, sanitaire et sociale. Cela se traduit par l’application de différentes actions permettant de « faire mieux avec moins » et de participer aux plans d’avenir de l’agro-écologie. La Coopérative s’engage auprès des agriculteurs en devenant acteur et animateur de groupes de progrès axés sur la réduction des intrants.

– En 2020, 50% de nos fermes DEPHY ont réussi à se passer de traitement chimique sur au moins une de leurs parcelles.
– En octobre 2020, Le Gouessant a implanté une plateforme d’essais sur blé avec des itinéraires mécaniques comparés à des intrants chimiques dans le but d’analyser les résultats et de continuer notre démarche de réduction des phytosanitaires.
– 19 adhérents Le Gouessant ont rejoint le collectif « 30 000 fermes », instauré depuis 2016. Ils participent au plan national Ecophyto 2 dont l’ambition est d’engager 30 000 exploitations agricoles dans la transition vers l’agroécologie en réduisant l’usage des intrants. 6 adhérents ont réalisé du désherbage mécanique sans utilisation d’herbicide sur plusieurs parcelles.

En 2020, des solutions de biocontrôle ont été mises en place pour protéger les plantes contre les maladies et ravageurs :
– Une variété de colza a été plantée en bordure de parcelle, nommée ES ALICIA, afin de réaliser des pièges à méligèthes sur 82% des hectares de la Coopérative.
– Pour protéger les céréales et le colza, 70% des hectares ont reçu un anti-limace sous forme de granulés, implanté avec la semence. Ce produit est sans métaldéhyde et ne pollue donc pas les ressources d’eau.
– Pour lutter contre la pyrale du maïs, qui est un insecte ravageur, 1026 hectares ont été traités en trichogrammes qui se nourrissent de la pyrale. 5% des surfaces de maïs ont été ainsi traitées.

En 2020, 24 stations agro-météo SENCROP ont été implantées sur notre territoire. Elles permettent aux adhérents abonnés d’accéder en temps réel à des informations clés telles que la température, la vitesse du vent ou encore le cumul des pluies. Forts de ces informations, ils peuvent ainsi piloter au mieux leurs travaux agricoles, anticiper les risques météorologiques ou de maladie, améliorer leur organisation quotidienne pour déterminer les meilleures fenêtres de traitement et rationnaliser leur gestion des produits phytosanitaires.

Améliorer l’empreinte environnementale des exploitations agricoles

Un accompagnement sur l’amélioration environnementale de leur exploitation est proposé aux agriculteurs. Il cible les enjeux individuels de chaque exploitation mais aussi les enjeux de territoire tels que la préservation de l’eau et l’approvisionnement en énergie.

Une collaboratrice a commencé, courant 2020, à évaluer les déchets en exploitations et trouver de nouvelles filières de valorisation. En 2020 : 340,7 tonnes de déchets ont été collectés via des filières animées par
ADIVALOR.

Différents outils de diagnostic biodiversité ont été expérimentés. Des tests de certification HVE (Haute valeur environnementale) ont également été réalisés sur les exploitations porcines. Celle-ci correspond au niveau le plus élevé de la certification environnementale des exploitations agricoles. Par ailleurs, une cartographie du maillage bocager est dressée lors de la réflexion de nouveaux projets sur une exploitation. Des pratiques sont conseillées sur les bassins versants afin de prévenir l’apparition des algues vertes. Il s’agit de travaux réalisés sur le couvert (sol en culture ou en zone humide), l’alimentation de précision, le suivi des reliquats d’azote et de la fertilisation… En 2020, le service Environnement a créé un nouveau conventionnement de conseils en bassin versant « Algues vertes ».

Les agriculteurs suivent et enregistrent leur consommation d’énergie, particulièrement lorsque l’exploitation est soumise à autorisation « Installations classées pour la protection de l’environnement » (ICPE).

Engagés en faveur du bien-être animal

Nous travaillons quotidiennement avec le vivant. Le Gouessant souhaite une agriculture responsable, qui se préoccupe du bien-être animal. Celui-ci est au cœur des préoccupations des citoyens et pour répondre à leurs attentes, nous élaborons et mettons en œuvre des solutions afin de distribuer des produits de qualité. En 2020, nous avons poursuivi nos efforts à travers les initiatives suivantes :

Poursuite du programme Nature d’Éleveurs avec des aides financières pour l’installation de fenêtres permettant d’éclairer les bâtiments en lumière naturelle. À fin 2020, 80% des éleveurs ont posé des fenêtres dans les élevages. Nous visons les 100% à l’horizon 2025.

Lancement de l’application Ébène pour l’évaluation du bien-être animal et réalisation de diagnostics biodiversité sur les parcours dans 6 élevages, afin de trouver des améliorations qui permettent de faire évoluer le bien-être animal.

Horizon 2025 : les attentes des consommateurs en matière alimentaire évoluent vers plus de transparence et une meilleure prise en compte du bien-être animal. Cela se traduit concrètement sur le marché de l’œuf par une demande croissante en œufs issus d’élevages de plein air, au sol ou bio. En cohérence avec les orientations fixées au sein de la filière, Le Gouessant mettra donc fin à la production d’œufs dits code 3 en 2025. Impliquée depuis plus de 20 ans dans les filières alternatives, notre Coopérative se fait forte d’accompagner ses éleveurs adhérents dans les mutations en cours, en proposant un accompagnement technique et financier.

Mise en service de deux bâtiments Physior. Ce concept inédit de porc bien-être favorise l’expression des comportements naturels des animaux grâce à 3 zones de vie distinctes (une zone de couchage, une zone d’alimentation, une zone de déjection), une densité plus faible qu’en production conventionnelle avec pour objectif l’arrêt de la caudectomie et des objets manipulables organiques permettant au troupeau de jouer (bois à mâchouiller, grattoirs…).

8 fermes de référence nous permettent de mesurer le bien-être animal à différents stades : l’élevage des génisses, le péri et le post-partum ainsi que les débuts de lactation.
Ces fermes permettent également de calculer des éléments de production : croissances des animaux, pesée des génisses mensuellement pour analyser et comprendre leurs développements, mesure de la production laitière journalière, afin d’analyser la quantité et de palier une baisse de productivité et donc d’énergie par une couverture nutritionnelle répondant aux besoins des animaux.